mercredi 15 avril 2009

A feu et à Cendres

Mary Gentle est un écrivain atypique. Là où ses collègues se contentent bien souvent de faire des recherches en bibliothèque, elle préfère suivre des cours universitaires. Sa connaissance d’un sujet devient pour elle une passion,une passion que l’on retrouve dans ce cycle «Le livre de Cendres » composé de 4 livres mais qui a été publié en un seul bloc en Angleterre (un pavé de plus de 2000 pages tout de même, excusez du peu).

Le professeur Pierce Ratcliff travaille à rassembler et à traduire un corpus de textes connu sous le nom de « documents Cendres » et pour d’obscures raisons ces derniers sont passés des rayons « Histoire » aux rayons « fictions médiévales ». 98 % du cycle est donc composé des traductions et des notes de bas de pages de Ratcliff,les 2 autres % sont la correspondance avec son éditrice. Cendres est un capitaine mercenaire au visage empli de cicatrices. Comme Jeanne D’arc ont dit qu’elle entend des voix qui la guident sur le champ de batailles,des voix qu’elle entend depuis qu’elle a échappée toutes jeunes aux griffes d’un lion d’où le nom de sa compagnie : « Le lion azur ». Hors voci que la Chrétienté est soudainement attaquée par Carthage et ses golems,une nuit éternelle les accompagne et rien ne semble tenir tête à l’envahisseur si ce n’est la Bourgogne. Au fil des pages le doute assaille Pierce, ces golems, cette Carthage qui ne devrait plus existé...sont-ce des licences poétiques, de la pure fiction où y a-t-il autre chose ?

L’Histoire étant une science, est-il devant un cas de contaminations de l 'échantillon tant certaines parts de ce qu’il traduit semble inspiré ou avoir inspiré divers autres récits moyen-âgeux ? Voir même de parfois les contredire,comme si l'Histoire connue pouvait être ainsi balayée d'une simple pichenette...mais si c'était le cas?


En plus de foisonné de détails sur les us et coutumes de l’époque, Gentle décrit aussi soigneusement tout ce qui se passe et là ou l’on pourrait craindre la logorrhée et bien il n’en est rien : tout est fluide,passionnant,foisonnant et donne corps et vie à des personnages et à une époque révolue. On saigne, on baise, on se bat, on pleure, on doute avec eux. Et on s’interroge sur le pourquoi du comment : car si c’est une fiction que traduit le Pr Ratcliff, pourquoi une équipe archéologique vient-elle de mettre au jour un vestige de ces fameux golems « poétiques » qui accompagnaient ces pseudo-carthaginois envahisseurs ?






Je ne rentrerai pas plus dans les détails pour ne pas déflorer la chose mais « Le livre de Cendres » transcende littéralement le genre auquel on le rattache ,la fantasy ,pour aller lorgner sur les terres de l’uchronie (donc de la SF) et du fantastique pur tout en étant un récit héroïque médiéval. On est loin des cycles interminables répétitifs et prévisibles aux personnages souvent stéréotypés, loin de la BCF (big commercial fantasy). Il s’agit plutôt d’une sorte de « Lion de Macédoine » en plus subtil (et ce malgré toute l’affection que j’ai pour les livres de David Gemmell mais passons…) .






Le cycle est ressorti en fin d’année dernière chez Folio SF avec des couvertures jolies mais pas top et pas super raccord : je me demande encore qui est le bourreau sur la couverture du tome 2. Les couvertures des éditions Denoël étaient bien plus classes et fortes. Et surtout ces éditions proposaient une longue nouvelle de 100 pages ce déroulant dans le monde de Cendres que les éditions folio semblent vouloir sortir séparément et donc je ne l’ai pas lue (je ne possède que le 1er tome en Denoël) mais gageons qu’elle doit être tout aussi prenante.















ps: aujourd'hui 15 avril je fête mes 25 ans. Mais le 15 avril c'est aussi culturel avec la naissance de Léonardo Da Vinci, le naufage du Titanic,la naissance du regretté compositeur Michael Kamen ou encore celle de l'auteur Henry James.

4 commentaires:

Neault a dit…

Bon anniversaire à toi et bravo pour cette chronique qui, comme souvent, donne envie de découvrir un peu plus l'univers dont tu parles.

Puissent tes prochaines années être plus "léonardesques" que "titanesques" et tes embarcations éviter les glaçons, surtout les gros. ;o)

Geoffrey a dit…

Doublement merci :D

J'évite les glaçons autant que je peux,j'en ai largué un une fois mais celle qui l'a remplacé n'a pas duré longtemps lol...(ah? tu ne parlais pas de ce genre de glaçon? ;-) )

Matt Murdock a dit…

Bon annif !(avec du retard)

Geoffrey a dit…

merci merci,bah le retard ça permet de prolonger l'ambiance festive ;-) (et comme je ne l'ai fêté qu'hier soir avec les potes de longues dates...)