vendredi 9 avril 2010

"Bon sang ce que j'aime être une tortue!"

Enfant des années 80, j’ai grandi avec les tortues ninja.
Pour ceux qui ne connaissent pas voici un rapide résumé : Hamato Yoshi, grand maître des arts martiaux est assassiné par son rival, Oroku Saki. Le rat de compagnie de Yoshi,Splinter, survit dans les égouts et croise le chemin de 4 bébés tortues baignant dans un liquide étrange. Au contact de cette substance, les 5 animaux entament une mutation en êtres anthropomorphes. Splinter formera les tortues devenues adolescentes à l’art du ninjitsu que son maître humain pratiquait et donnera à ses « enfants » les nom de divers artistes de la renaissance : Léonardo,Raphaël,Donatello et Michelangelo. Outre leur formidable habilité aux arts de combat,les tortues sont folles d’un met de choix : les pizzas ! Inconnus des humains,exception faite de leurs amis April et Casey,les tortues tentent de rester dans l’anonymat dans leur lutte contre le clan des Foot.

Au départ cet univers de fiction était un pastiche des oeuvres de Frank Miller en général et de son Daredevil en particulier. En effet,le produit dans lequel pataugeaient les tortues s'est retrouvé dans les égouts après qu'un ado ait sauvé un aveugle d'une collision avec un camion rempli de déchets toxiques.Un miracle que Marvel n'ait jamais porté plainte.
C’est donc avec nostalgie que je me suis replongé dans leur univers avec ce film d’animation en 3D sorti en 2007 déjà. Et si le succès au box-office n’a pas été au rendez-vous (la turtle mania est morte il y a de nombreuses années),le film ne démérite pas.

L’histoire se situe quelques temps après leur victoire sur Shredder,leader du clan des Foot (et connu également sous le nom d’Oroku Saki !). Léonardo a quitté le nid ,voyageant clandestinement autour du globe et cherchant sa voie. Si Splinter,dont la voix est celle de l’acteur japonais Mako,qui signe ici son dernier rôle avant son décès, a bien accepté la décision de son fils,il n’en est pas de même pour Raphaël qui passe ses nuits à arpenter les rues de New-York sous une armure dissimulant sa vraie nature et combattant le crime comme il peut pendant que Donatello fait marcher son cerveau génial et que Michelangelo fait fonctionner un estomac gargantuesque. April (Sarah Michelle Gellar) est devenue chercheuse de trésor et sa dernière mission consistait à retrouver 4 statues pour un riche et mystérieux industriel : Max Winters (Patrick Stewart,excusez du peu) dont les desseins semblent belliqueux, ce dernier s’est en effet octroyé les services du clan des Foot reformé et à la tête duquel se trouve la belle mais redoutable Karaï (Zhang Ziyi)pour la protection de son immeuble et pour être ses yeux et ses oreilles invisibles dans les rues new-yorkaises.









Visuellement c’est du tout bon. L’animation est fluide,les séquences bien construites et le montage est au diapason. Les images n’ont rien à envier aux productions Pixar ou Dreamworks bien que les tortues évoluent dans un environnement bien plus sombre que celui des films des studios précités. Le design des tortues ne choque pas et rappellera de bons souvenirs à tous les jeunes enfants qui vivent encore dans vos cœurs de jeunes adultes (je garantis moins l’effet sur les autres pour l’aspect nostalgique). L’intrigue,mettant l’ennemi habituel un peu en retrait permet un rafraichissement de la franchise en plaçant les tortues face à une menace plus surnaturelle qu’usuellement tout en laissant la porte ouverte pour une suite (qui apparemment ne viendra pas,ce qui est bien triste) où la menace de Shredder aurait bien pu planer.Les personnages existent,une vraie dynamique anime les uns et les autres,le film offrant en cela des personnages fouillés (surtout Léo et Raph,les frères les plus proches et les plus différents à la fois).

Le tout est un peu court,80 minutes,mais remplit son contrat de faire renaître avec panache les 4 frangins verts. Ajoutez à cela l’une des meilleures composition musicales de Klaus Badelt (ancien protégé de Hans Zimmer) qui multiplie les influences (classique,zimmerienne of course,jazzy) et vous obtenez le meilleur film de la saga. Alors ne vous enfermez pas dans votre carapace et laissez-vous tenter par une soirée pizza en compagnie des tortues les plus fun du monde. Cowabunga!







4 commentaires:

Neault a dit…

Ah d'accord, à la base il y a un lien entre les origines des Tortues Ninja et Daredevil !
Ben tu m'apprends un truc là.

Du coup, ça m'a intrigué, je me suis commandé quelques comics.
;o)
(d'autant que ça a l'air plus adulte que le DA)

Geoffrey a dit…

oui c'est vraiment un délire de potes bourrés à la base :D ,c'est comme le clan des Foot qui n'est rien d'autre que La Main revue et corrigée.

Geoffrey a dit…

en tous cas,n'hésite pas à me dire ce que tu penses du comics,j'ai toujours eu peur de m'y mettre!

Neault a dit…

Pas de problème, je te dis ça dès que je les reçois (et que je les ai lus, mais ça devrait aller vite, c'est un mois plutôt calme côté librairie je trouve).