mercredi 23 septembre 2009

Retour au bercail.

Au début des années 90 divers dessinateurs de Marvel quittèrent le navire pour fonder leur propre compagnie où les droits d'auteurs seraient respectés. Chacun fonda donc un studio indépendant et chaque studio fut rejoint par les autres pour fonder l’éditeur collectif Image comics. Le but était clair,concurencer Marvel sur son terrain de jeu c’es pourquoi la majeure partie des comics lancés par les auteurs étaient des comics racontant les exploits d’équipes vaguement calquées sur les X-men,le comics qui se vendait le plus à l’époque (Todd McFarlane et Whilce Portacio lancèrent un héros solitaire et seul celui de McFarlane est encore distribué de nos jours : Spawn..mais c’est une autre histoire). L’une de ces équipes c’est WildC.a.t.s.

Sur la lointaine planète Khéra,la guerre fait rage entre les Kherubim et les Daemonites…une guerre qui atteindra la Terre bien avant que l’humanité ne découvre le feu. Deux vaisseaux ennemis s’écrasent sur la planète bleue et la guerre continue. Et de nos jours,Emp,un khérubim, fonde une équipe constituée de métis humain-extra-terrestres pour continuer la lutte contre les Daemonites. Inutiles de préciser que grâce au métissage,les memebres de l'équipe possèdent d'étranges super-pouvoirs. Jusque là rien de transcendant mais l’arrivée de Alan Moore au scénario va augmenter l’intérêt. Alan Moore est considéré par beaucoup comme le meilleur scénariste du monde. Réputation surestimée mais due sans aucun doute à son chef d’œuvre : Watchmen ! Œuvre touffue et complexe,d’une densité rare que l’excellent film adapté de ce pavé n’arrive que peu souvent à égaler (mais je m’écarte du sujet).





Moore reprend la série sur un désastre : la majeure partie des WildC.a.t.s est supposée morte et Mr Majestic décide de reformer un groupe de héros. En parallèle nous assistons au retour sur Khéra de l’équipe originelle. Chaque chapitre est donc divisé en deux : une partie sur Terre dessinée par un artiste et une autre sur Khéra dessinée par un autre artiste. L’ensemble reste pourtant incroyablement homogène ce qui est plus qu’appréciable mais ce sont les planches signées Travis Charest qui subliment l’ouvrage.

Du coté de l’éditeur Panini il y a encore eu un bâclage par contre : aucune note,aucun rédactionnel, rien ne nous informe sur le pourquoi du comment au début de l’ouvrage. Lecteur démerde toi semble avoir été le mot d’ordre. Car WildCats est une série qui connait 3 volumes et Panini a commencé la publication du volume 3 il y a quelques temps (2 tomes sortis en ce moment). Il s'agit ici du volume 1 à partir de l'épisode 21.

Moore heureusement présente bien ses personnages et en introduit de nouveaux tout en donnant des indices sur le contexte où évoluent les nouveaux WildC.a.t.s ce qui permet de vite être dans le bain et de comprendre les enjeux …mais une petite explication n’aurait pas été de refus surtout vu le prix du bouquin.

7 commentaires:

alecramsey a dit…

Surestimé : faut lire From Hell, Top Ten, LOEG, Lost Girls, Promethea, V, Small Killing : il a enchainé chef d'œuvre sur chef d'œuvre... Il surpasse largement tous les Bendis, Morrison, Gaiman, Millar, Ellis ! Son run sur SW était magistral, plusieurs niveaux de compréhension... Ses wildcats et Spawn/Wildcats demeurent ses travaux les plus faibles..

Geoffrey a dit…

je me doutais qu'en ne traitant pas Moore de génie génial et ganiallissime j'allais faire face à la critique. Pourtant je ne l'ai pas descendu,j'ai juste dit que le traité de meilleur scénariste au monde était une réputation surestimée. Pas qu'il était un vendeur infâme de navet non plus. Moore est quelqu'un qui possède sans nul doute une grande culture générale et qui est capable de se documenter en bibliothéque avec des heures de recherches tout ça pour planter son décor de façon des plus crédibles (From Hell,LXG..en sont des bons exemples). Cependant même si'il a su redynamiser bon nombres de séries mainstream (ce qui l'a fait connaître alors il est mal placé pour cracher dans la soupe) force est de constater que son ego a pris le pas sur le reste. Moore est convaincu que l'écriture est le seul point fort dans un comics et donc que SON écriture est le point for du comics....et pour que SON histoire soit tout ce que l'on peut retenir d'une oeuvre sur laquelle son nom est apposé,le sieur Moore ne fait appel qu'a des artistes dont le style rebutera naturellement la majorité des personnes.Privant ainsi le public non-amateur de BD de ses histoires...ce qui n'est pas très intelligent quand comme lui on veut propager le plus possible ses idées.Parce que pour qu'une BD soit un chef d'oeuvre il faut que les dessins soient au diapason du texte et non pas là pour montrer que le texte vaut mieux que le reste...c'est comme si un réalisateur était si fier de son scénario qu'il baclerait la pré-production (costume,décors etc...)pour que sa prose ressorte...bin loupé,quand c'est cheap le public ne suit pas (oh mon dieu j'ai osé parler de cette bande de mouton qu'est le public, pas bien!!!)

ensuite t'es gentil mais on pas gardé les cochons ensemble alors me dire ce que je dois lire tu t'abstiendras,surtout avec un "faut lire" qui aurait pû être formulé bien plus poliment...je n'ai pas été impoli en parlant de ton dieu Moore que je sache...ah si,j'ai osé dire "surestimé",blasphème que cela,je vais me prendre une fatwa mooresque sur la tête,l'inquisition va me tomber dessus,le dieu Glycon va venir me dévorer cette nuit.

Geoffrey a dit…

et après ça je vais critiquer Killing Joke,qu'est-ce que je vais me prendre moi....

Neault a dit…

Ah ben tiens, en lisant le commentaire du début, je me suis dit que j'allais devoir refaire mon petit couplet sur Moore, mais non, tu as dit l'essentiel Geoffrey. ;o)

Je me permets quand même de rajouter deux ou trois trucs (tu me connais, j'ai du mal à me contenir lol) sur les oeuvres soulevées.

From Hell, c'est plutôt pas mal, c'est vrai, notamment très bien documenté, mais la forme n'est pas faite pour convenir à tout le monde, c'est le moins que l'on puisse dire et tu as fort bien abordé ce sujet.
Par contre, que l'on puisse citer Lost Girls comme un "chef d'oeuvre" !! Là, ce n'est plus risible, c'est presque immoral.
Enculer une gamine ou la faire sucer un cheval, ce n'est pas de l'art. Du moins, ce n'est pas de l'art pour les gens qui ont un réel recul sur l'écriture et qui ne passent par leur temps à être défoncés.

La provocation, la transgression, la violence peuvent s'admettre, elle peuvent même avoir un sens important au niveau artistique (cf les oeuvres d'Ennis), mais aller toujours plus loin dans l'abject, sans aucun but à part le fait d'entretenir une réputation sulfureuse, ce n'est pas habile. C'est malsain.
Moore est un pignouf.
Bien des auteurs lui accordent une déférence qu'il ne mérite pas. Et chez les lecteurs, c'est encore pire. Le seul chef-d'oeuvre pondu par ce type, c'est Watchmen (avec de très bonnes séries aussi hein, comme La Ligue des Gentlemen Extraordinaires). Le reste, c'est pathétique.

D'ailleurs, il y a un moyen imparable de tester ce genre de merdeux. Si le nom de l'auteur est plus connu que son ou ses oeuvres, il faut se demander pourquoi.
;o)
Tout le monde connaît Christine Angot. Qui connaît son oeuvre ?
Watchmen survivra à Moore parce qu'à l'époque, il arrivait à faire passer son ego après l'histoire, les personnages et le plaisir des lecteurs. De nos jours, ses productions ont du succès grâce à son nom et son nom seul. Il est devenu une Loana du Comic Book. Avec le destin de merde qui va avec.

Neault a dit…

Et maintenant que l'on s'est débarrassé du tout-venant, je voulais revenir sur un point de ton article.

"Au début des années 90 divers dessinateurs de Marvel quittèrent le navire pour fonder leur propre compagnie où les droits d'auteurs seraient respectés."

Je ne suis pas totalement d'accord. Les droits des auteurs étaient respectés (et le sont toujours) chez Marvel.
Le droit des auteurs, en général, se résume à céder les droits de leurs oeuvres contre une rémunération liée à la vente et un travail éditorial (imprimerie, distribution, pub, etc).
Chez Marvel, c'est encore plus "clair" puisque les personnages n'appartiennent pas aux auteurs. Il n'y a donc pas spécialement une volonté de chercher à faire respecter des droits qui seraient bafoués, mais plutôt une envie (totalement légitime) d'avoir une plus grande liberté artistique (ce qui est toujours avoué en interview) et un peu plus d'argent (ce qui est moins avoué déjà).

J'irais même jusqu'à dire que Marvel et DC assurent la survie de bien des acteurs du monde de la BD (scénaristes, dessinateurs, coloristes, encreurs) de par la masse de leur production et la régularité de celle-ci.

Alors, je ne veux pas non plus me faire le défenseur des très gros éditeurs, simplement, je pense que si certains auteurs ont pu créer leur boîte (avec plus ou moins de réussite), c'est surtout grâce aux 2 géants et pas forcément "en réaction contre".

Le mainstream et le creator-owned, c'est pas tellement un problème de "droit", c'est un problème de vente.
Y'a des trucs bien pourris qui peuvent se vendre (un temps) chez Marvel et des séries excellentes qui peuvent ramer et même faire la mort financière de leurs auteurs dans des petites maisons ou pour des trucs auto-produits.

Mais l'un ne tue pas l'autre.
C'est ce que j'ai plus ou moins toujours pensé, à propos des comics ou même de certaines productions franco-françaises, et c'est ce que dit notamment Bendis lorsqu'il évoque (avec Oeming dans le dernier "Powers" chez Panini) ses expériences complémentaires dans le mainstream et le "reste".

Donc, je serais un peu plus prudent pour ma part. Marvel a toujours respecté les droits des auteurs, qui découlent de contrats qu'ils acceptent en pleine connaissance de cause et qui leur permettent de survivre en empruntant des persos qui ne leur appartiennent pas.
Quand on est auteur, une série chez Marvel ou DC, ce n'est pas une violation des droits de l'artiste, c'est une aubaine pour le type qui galère. Aussi, je ne voudrais pas que ces grands géants soient trop mal considérés. Ils ne font de mal à personne.
;o)

Geoffrey a dit…

Ah mais je ne parle pas d'un Bendis qui bosserait sur Daredevil et se plaindrait que l'histoire ne soit pas à lui mais bien à Marvel (comme tu le dis,c'est dans le contrat ça). Non là je parlais d'auteurs qui avaient une idée en tête et qui ne voulait pas la voir possédée par Marvel (bon je me base surtout sur Spawn de McFarlane qui me semble être le seul héros lancé par Image qui auraient pû s'inclure sans problème dans l'univers Marvel...j'ai toujours eu des doutes sur les autres bouquins lancés par Image car comme je le dis ils sont calqués sur les X-men et il y a fort à parier que si ils avaient été lancés chez Marvel ils auraient été des titres X et non pas des séries aussi "originales" ).

J'aurai sans doute dû parler de copyright et non de droits d'auteurs.
Il est vrai que depuis des années (en dehors du catalogue creator owned) Marvel verse des droits sur des persos créés par des auteurs dans l'univers partagé mais le personnage appartient toujours à Marvel. Et c'est cela que les auteurs fondateurs d'Image comics voulaient éviter. maintenant je ne suis pas ultra fan de certains discours sur Marvel de leur part : la plupart des fondateurs d'Image ont eu une réputation grâce à Marvel en bossant pour eux pendant des années.Vouloir posséder sa création c'est bien,dénigrer toute une infrastructure qui vous a lancé et fait connaitre et qui du coup vous permet de vendre vos idées et bien c'est un peu vache quand même. mais je n'essayais pas de faire passer Marvel ou DC pour de vils esclavagistes d'auteurs et dessinateurs.

Dans le même ordre d'idées je comprends parfaitement le cas des descendants des créateurs de Superman,mais n'oublions jamais que Siegel et Shuster ont VENDU leur création. Et quand on vend quelquechose et bien ce n'est plus à nous. Et comme ,en gros..en très gros,quand on crée un perso dans une revue Marvel ou DC et bien on vend de facto ces persos à l'éditeur (avec ,encore une fois,une nette différence entre maintenant et le lancement des comics puisque les deux géants reconnaissent un droit d'auteur sur une création qui leur appartient au final...après tout je trouverai normal qu'on paye l'utilisation de Tintin si ce dernier devait surgir dans une aventure de Spirou et Fantasio ).

Enfin bref tout ça pour dire que oui quand ils bossent sur des séries appartenant à Marvel ils savent ce qu'ils font et qu'au final ça ne leur appartient pas. Mais puisqu'ils voulaient le contrôle de leurs créations et bien ils ont fondé Image. Une société qui a été crée en réaction contre la politique des deux éditeurs et qui a lancé ses ventes grâces à eux puisque ce sont eux qui ont fait connaitre les artistes qui ont créés Image.

Neault a dit…

Ah ok, là effectivement, je pense que l'on n'est pas loin d'être plus ou moins du même avis sur la question, c'est le terme "droit" qui m'avait induit en erreur. ;o)