vendredi 20 février 2009

Sang os ni tendons!

Buffy Summers et sa bande sont de retour. Un mystérieux commando vampiriques attaque le QG écossais des Tueuses pendant que la chef se paye du bon temps (et attention au choc quand on sait avec qui). Ces vampires s'emparent de la Faux qui avait permis de réveiller le pouvoir latent des tueuses et leur but est d'inverser le sortilège, de rendre les Tueuses normales. Mais comment 3 vampires ont-ils pu attaquer une colonie de tueuses protégée par une sorcière? Et bien ces petit suceurs savent se transformer en loups, panthères, abeilles et en brumes...ça ne vous rappelle pas un certain conte transylvanien tout ça? Pour récupérer la Faux, Buffy va devoir s'allier avec Dracula himself... et qui est mieux placé qu'Alex pour aller lui demander son aide? En effet dans la saison 5 Alex a été le "Reinfield" de Dracula.Un Dracula dont les auteurs jouent à fond la carte de la filiation avec celui campé par Gary Oldman dans le film de Coppola et qui se révélera être un raciste fini ; un peu logique pour un homme qui a protégé l’Europe et la Chrétienté des attaques Ottomanes de son vivant. Le groupe se retrouve donc à Tokyo puisque comme Vlad l'empaleur le dit si bien se sont "des faces de prunes" qui ont fait le coup !


Toujours aussi prenant ce tome ne fait pourtant que très peu avancer l'intrigue principale (sur les 5 épisodes,seul le premier du tome scénarisé par Joss Whedon évoque l'oragnisation Crépuscule et son mystérieux chef blindé de super-pouvoir,le reste du tome est scénarisé par Drew Goddard qui officiait déja sur les séries Angel et Buffy à la télévision).Néanmoins il fait nettement progresser les relations entre les personnages principaux qui n'avaient pas beaucoup bougées dans le tome précédent essentiellement penché sur le sort de Faith.







On regrettera cependant un combat final qui part un peu en sucette lorsque Dawn commence à jouer les Godzilla à Tokyo en combattant son mécha-double...mais bon c'est le Japon et en bon geeks qu'est la bande à Whedon il fallait sans doute placer de la référence pop-culturelle.





Le prochain volume fera se rencontrer Buffy et Fray la tueuse du futur. Quoi? Une seule tueuse dans le futur et non plus une armée? Voila un sacré mystère. Le tout sera orchestré par Joss Whedon de retour pour un arc complet et non sur un simple one-shot! Et les dessins seront assurés par Karl Moline qui remplace Georges Jeanty pour ce coup,Moline étant le premier à avoir dessiné la tueuse du futur.
Fray est apparue la première fois dans son propre comics et la Faux des tueuses aussi. Il serait donc judicieux de la part de Fusion Comics de sortir la mini-série en 8 épisodes avant de publier le tome 4 de Buffy…mais bon Fusion appartenant à Panini on peut douter qu’ils suivent une logique élémentaire.



3 commentaires:

Neault a dit…

Je fais un commentaire un peu hors sujet, désolé.

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce que tu sembles sous-entendre lorsque tu dis : "qui se révélera être un raciste fini ; un peu logique pour un homme qui a protégé l’Europe et la Chrétienté des attaques Ottomanes de son vivant", comme si tout homme ayant combattu, à travers l'Histoire, les invasions venues de l'Est ou d'ailleurs était, automatiquement, "raciste" par défaut.

C'est une vision moderne, et totalement anachronique donc, des choses.
A l'époque du fameux Vlad l'Empaleur, il s'agit d'une guerre territoriale et surtout religieuse. Il ne faut pas y voir plus. Qu'il y ait des atrocités commises ou des insultes peu flatteuses envers l'ennemi est ensuite un fait plus lié à l'âpreté de la lutte qu'à une réelle idéologie raciale.
Les français de 1919 ou de 1940 haïssaient, pour la plupart, les "boches" alors que ces deux nations sont issues de la même race caucasienne.

Le racisme est autre chose, l'on en trouve des exemples bien évidemment dans la doctrine nazie, en Afrique du Sud pendant l'Apartheid ou même aux Etats-Unis dans les années 60 (ils se sont bien rattrapés depuis quand même), où là, à chaque fois, la volonté politique basé sur la doctrine raciale est claire et assumée par le régime.

Le racisme, tel qu'on l'entend aujourd'hui, désigne une idéologie très précise qui tend à nuire à une personne sous le seul prétexte de ses origines. C'est d'ailleurs valable dans les deux sens puisque, dans la France actuelle, ce sont essentiellement les blancs qui sont victimes d'agressions racistes. Mais bon, c'est moins vendeur et ça ne correspond pas suffisamment à l'idéologie défendue par les media pour faire les gros titres.
Pour être tout à fait honnête, il est juste également de préciser que les personnes d'origine étrangère (notamment les arabes et africains) peuvent aussi subir une discrimination en France (au niveau de l'emploi ou du logement) mais que celle-ci n'est ni revendiquée ouvertement, ni physiquement violente (ce qui n'empêche pas un certain traumatisme pour celui qui la vit).

Tout cela pour dire que l'on peut défendre les terres chrétiennes, surtout aux XVème et XVIème siècles, sans être pour autant un "raciste". Ce terme n'a d'ailleurs pas vraiment de sens pour l'époque tant seuls les aspects religieux priment alors.

(heu, oui, ça fait une grosse tartine pour une phrase anodine, mais bon...;o))

Geoffrey a dit…

Ah mais je ne dis pas que Vlad était raciste,je dis que son alter-ego vampirique a fini ainsi parce que justement il adéfendu l'Europe d'invasions venues de l'Est. Il aurait probablement tourné autrement si les envahisseurs avaient été suisses lol. Si l'on prend Vlad en tant que Vlad et non en tant que vampire il avait une haine profonde à leur égard et pas seulement à cause de la religion...il avait été otage à la cour du sultan pendant une longue période et même si lé définition est différente (un peu) de nos otages actuels il semble que l'expérience ne lui ai pas fait que du bien.

maintenant pour le racisme anti-blanc la France n'est pas seule touchée,ici aussi on le subit et les médias ferment gentillement leur gueule au nom du politiquement correct qui veut que les blancs sont des salauds par nature (et qui sous-entend presque ue maintenant on mérite la "persécution" mais come le mot est fort je les mets entre guillemets).

enfin bref tout ça pour dire que je parle bien de Dracula version vampire et pas de Vlad version historique. je trouvais (et trouve encore :p ) logique qu'un homme vouant une haine à un ennemi étranger finisse par virer xénophobe au bout de 400 ans à ruminer dans son château (surtout que l'invasion qu'il cherchait à empêcher a eu lieu dans un sens dans son esprit un brin dérangé).

Neault a dit…

Aaah, ok, j'avais compris que tu parlais du personnage historique, oups.
Au temps pour moi ! ;o)